Sud Lipez et Salar de Uyuni

Nous sommes donc partis pour 4 jours en 4*4 dans le Sud Lipez, la réserve Nationale de Faune Andine Eduardo Avaroa et le Salar de Uyuni. Nous partons de Tupiza, ce qui nous permet d’être dans le sens inverse du gros flux de 4*4 partant de Uyuni. Nous sommes 6, 4 touristes, un guide et cuisinier Elvis, et le chauffeur Roberlo.

Le chemin se met rapidement à grimper et la vue est magnifique, toujours ces montagnes rouges parsemées de cactus. Il pleut pas mal en cette matinée, et nous pouvons admirer les talents de pilote de notre chauffeur. Au début, on regarde un peu en bas, mais on est vite rassurés par la maîtrise de Roberlo !

Nous nous arrêtons le midi dans un petit village de mineurs pour le déjeuner, un petit village avec des maisons faites de briques de terre et recouvertes par l’herbe du coin pour la toiture.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous arrivons sur une grande plaine herbeuse où broutent des Lamas et nous comprenons pour la première fois le nom d’altiplano : La plaine est entourée de petite collines, sauf que les collines sont à plus de 5000m et que la plaine, immense, est à 4000m d’altitude !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous croiserons aussi quelques « lapins », ha non, ce sont des chinchillas et certains font bien la pose ! Sinon, ça court vite un chinchilla, au moins aussi vite que Speedy Gonzaless.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passerons par une ville fantôme, ancienne ville espagnole à 4690m créée pour l’exploitation de mines d’argent fermées depuis. Plusieurs générations d’esclaves s’y succéderont, des indigènes, des africains amenés ici pour l’occasion… L’endroit est chargé d’histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fin de journée, passage par le point le plus haut du jour 4850m et vue sur le premier lac de la zone bordée par les volcans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous dormirons dans un village peu après être rentrés dans le parc national, et la nuit sera compliquée : on dort mal et c’est sûrement dû à l’altitude : 4175m.

Le second jour, réveil à 6h et nous continuons le chemin, croisant des autruches et des lamas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous nous arrêtons devant un enclos de lamas, le fermier ne les ayant pas encore relâchés. Les lamas rentrent apparemment tout seuls dans leur enclos pour passer la nuit, pas besoin de leur courir après comme pour les moutons. Ils sont tous décorés avec des petits pompons de laine à l’occasion du carnaval, et chaque éleveur a son propre code couleur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, sinon, l’intelligence du lama s’arrête là : c’est le grand spécialiste de la traversé de la route devant le 4*4, voir de traversé une seconde fois en sens inverse, le « suicide » Lama. Ils aiment aussi faire le mort sur la route et se relever juste au moment où on passe à côté !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plusieurs lacs se trouvent dans la région, mais la baignade est déconseillée. C’est bordé de volcans et l’eau est chargée en souffre pour certains, et bien d’autres minéraux dangereux type arsenic… Bref, on n’y met pas les pieds mais les flamants roses eux, se délectent des bactéries qui vivent dedans !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On traversera des paysages désertiques (ci dessous le désert de Dali) pour rejoindre tout au sud la Laguna Verde et la vue sur le volcan Licancabur (5916m), qui fait la frontière avec le Chili.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le midi, nous nous arrêtons pour profiter des sources chaudes au pied du Salar de Chalviri, pour profiter de l’eau à plus de 30°C ! C’est bien relaxant, même s’il y a un peu trop de monde à notre goût !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous nous rendons ensuite dans la zone Sol de Mañana, pour admirer les nombreux geysers, fumerolles et mares de boues à 4850m 😉

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous en verrons plusieurs groupes lors du périple, mais voici une Vigogne, plus petit qu’un Lama et non domestiqué. Son pelage est super doux, mais c’est une espèce protégée maintenant (Dommage pour les doublures de moufles 😉 )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis nous arrivons en milieu d’après midi au lac Colorada, un gros lac Rouge à 4278m, au milieu des volcans. Ce lac abrite une grosse colonie de flamants, avec trois espèces, le flamant de James, le flamant Andino et le Chileno.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On restera une bonne heure à se promener autour du lac et regarder les flamants puis nous reprendrons la piste pour rejoindre l’hôtel à 10min.

Le troisième jour, le Salar de Uyuni étant inondé et plus traversable, nous prenons la direction de Uyuni. Nous nous arrêtons au niveau d’un champ de roches sculptées par le vent. Le plus impressionnant est d’imaginer que ces gros blocs de plusieurs tonnes ont été, dans un temps lointain, projetés par les volcans dans le fond.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous longerons plusieurs lacs toujours occupés par les flamants, dont certains ne se sentiront pas déranger dans leur quête de nourriture par la photographe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On savait la laine de Vigogne très recherchée, mais en rencontrant cette petite Vigogne à côté d’un restaurant aux abords d’un lac, on a vite compris pourquoi. Il était si doux, qu’on serait bien reparti avec !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Elvis, notre guide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De Uyuni, nous partirons à 5h pour admirer le lever du soleil depuis le salar et jouer avec le miroir constitué par la partie inondée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous irons plus loin sur la partie sèche prendre le petit déjeuner, regarder les cristaux de sel, l’épaisseur de la couche de sel et voir par quelques trous l’eau en dessous et puis moment détente, et surement l’activité favorite du guide qui avait une créativité débordante, faire des photos « débiles » en jouant sur le sel 😛

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour la petite histoire du vin, nous avons trimbalé cette bouteille (achetée au Chili avec les copains) ouverte à Salta pendant tout le périple, chaud, froid, secouée, montée jusqu’à 5200m, joué avec sur le sel. On l’ouvrira deux jours plus tard un soir à Potosi, et hormis un dégagement gazeux impressionnant en la débouchant, la bouteille faisant de la fumée blanche, ben, le vin était toujours bon 😛

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

En Bolivie, ils sont tous fans du Dakar, mais bon notre guide restera bouche bée quand nous lui apprendrons que c’est à la base une course française qui a plusieurs dizaines d’années et qui allait de Paris jusqu’à Dakar au Sénégal !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bye Bye le Salar et Uyuni, direction Potosi.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Yannick dit :

    Magnifique !

  2. David Holmes dit :

    Incroyable cette histoire du Dakar ! 🙂

  3. Aline dit :

    Superbe ! J’ai enfin rattrapé tout mon retard de lecture. Vous nous faites rêver, merci ! Bises 🙂 Aline

  4. laure dit :

    Encore une fois, excellentes photos !

  5. Manue dit :

    Superbes photos….Enjoyyyyyyyy^^

  6. Cécile dit :

    ça a l’air sublime ! Et je salue bien bas le guide pour son imagination et ses photos, il a tout mon respect !

  7. Colette dit :

    Je veux un lama décoré !
    🙂

    et géniales ces clichés extraordinaires …… et salés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.