Tupiza, première étape en Bolivie

De Humahuaca, nous avons pris le Bus en direction de la Quiaca, ville frontière avec la Bolivie. La route, encore une fois, est superbe. On voit des formations rocheuses tout à fait originales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arrivés à Quiaca, on cherche la frontière, on la trouve et on passe rapidement les deux contrôles. On se procure quelques bolivianos au bureau de change et hop on remonte dans un bus, direction Tupiza. Le bus change des standards argentins, odeur peu sympathique, bus peinturluré, musique à fond et 3h de voyage porte ouverte :-).

En arrivant à Tupiza à 2850 m d’altitude, on trouve un auberge (bof), et on se met à la recherche d’une agence pour les deux excursions que nous voulions faire, une balade à cheval et un tour dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni. Les agences proposant plus ou moins la même chose au même prix, on négocie un peu quand même (pour gagner 12 euros, mais 120 bolivianos quand même, ca fait quatre repas !), et on signe avec La Torre Tour.

Le lendemain, c’est parti pour une balade à cheval de 3h dans les environs(recommandée par les copains, merci !). On part du village directement, et on s’enfonce dans une sorte de canyon, par le lit de la rivière, qui ne fonctionne que 3h quand il pleut avant de s’assécher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous sommes seuls avec le guide, et Audrey engage sa première vraie conversation en espagnol avec lui :-). Une vraie petite victoire !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On s’arrête à un point de vue, à une cascade, et on profite du beau temps de la matinée et du calme du lieu !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les chevaux sont gentils, on galope, on trotte, et on s’amuse !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la fin de la balade, nous allons grignoter quelque chose au marché central. Il y a plein de gargotes qui font à peu près tous les mêmes plats. Les portions sont généreuses, car les boliviens ne mangent pas le soir, et c’est excellent.

On découvre la papa helada, de la patate gelée. Elle est noire, recouverte d’un glaçage salé non identifié, mais c’est OLYMPUS DIGITAL CAMERAbon. Le principe, ben on laisse la pomme de terre geler dans la terre avant de la récolter. Original !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’après-midi, c’est carnaval ! La pluie commence à tomber fort juste avant le départ du défilé, mais tout le monde est habitué : ici, c’est la saison des pluies, il pleut souvent, l’après midi, et plutôt très fort (de petites rivières apparaissent dans les rues, et les trottoirs font bien 30 cm de haut !).

Donc, le carnaval, ça consiste en un défilé de groupes de personnes, accompagnées d’une banda (une petite fanfare). Ce jour là, c’est Comadre, c’est le défilé des filles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La semaine précédente, c’était le tour des garçons. Les groupes sont constitué selon les associations de la ville, écoles, groupes sportifs… Tous les garçons semblent faire partie d’une fanfare !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Concernant les costumes, c’est plus ou moins réussi ! costumes fluos, cowgirls, cat women, stroumpfs, mais aussi costumes plus traditionnels pour les marchandes du marché central !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Niveau musique, tout le monde joue la même chose. Les groupes sont très espacés, le défilé durera de 3h à 8h du soir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant tout le carnaval (ça dure une semaine ou deux selon les villes), le grand jeu consiste à s’arroser, avec des pistolets à eau surdimensionnés, des bombes à eau dans des petits ballons, des seaux d’eau et des bombes de mousse ! A Tupiza, ca reste bon enfant, mais quelques jours après à Potosi, on prendra littéralement des seaux d’eau sur la tête depuis les pickups qui passent !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, Audrey va boire un verre avec un couple de français croisés dans l’après midi, et Cédric se reposera (gros mal de crâne, avec la fanfare ou l’altitude ?)

Le lendemain, départ 8h pour le tour du Sud Lipez !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. martine dit :

    Eh bien, moi je suis jalouse de la balade en cheval dans un tel environnement!
    bises a vous deux

  2. Cécile dit :

    Ah oui, les trottoirs de 30 cm, ça m’avait marqué aussi au Mexique ! Le premier jour, il avait fallu attendre qu’il pleuve (à verse) pour comprendre la nécessité de la chose 🙂
    C’est toujours aussi sympa de lire des nouvelles de votre périple ; les cactus sont jolis, vous avez bonne mine, vous cavalez dans d’incroyables canyons et parlez maintenant espagnol, ça fait plaisir à voir ! Gros bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.