Villarrica – Entre Lacs et Volcans

Après notre passage à Maicolpué, nous repartons d’Osorno vers Villarrica, petite ville au coeur de la région des lacs, moins touristique que sa voisine Pucon.

En arrivant là-bas, on prend la mauvaise rue en sortant de la gare routière, et notre première impression, c’est que c’est complètement mort. Après quelques refus d’auberges de jeunesse complètes pour la nuit, on finit par s’engager pour deux nuits pour une cabana (petite cabane en bois, comme un gite, mais sans la cuisine).

En discutant avec la propriétaire, on s’aperçoit ensuite que le centre ville et son animation (et ses hébergements pas chers) est à deux pas. Dommage, mais ça n’est pas bien grave !

Villarrica est en fait une grande cité balnéaire chilienne. Sauf qu’ici, on ne se baigne pas dans la mer, mais dans les immenses lacs du coin.

Pour notre première journée, nous décidons donc de prendre le temps de programmer l’ascension du Volcan Villarrica, à quelques km. Manque de pot, impossible de le faire le jour suivant, le temps n’est pas adapté. On se décide donc pour le surlendemain, comme le temps semble plus prometteur, et on cherche une rando à faire dans la journée du lendemain.

Un fois tout cela terminé, on suit les chiliens, et on va se baigner un peu ! L’eau est chaude, le soleil tape, et le coin est sympa !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, nous partons dès l’aurore (6h) pour le parc Huerquehue, pour la randonnée Los Lagos. Le temps est gris, et la montée est longue, très longue, mais le paysage contraste avec tout ce qu’on a pu voir précédemment.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On y observe les fameux araucarias, arbre endémique du coin, et protégé dans quelques rares parcs, et aussi des arbres avec des troncs énormes, mais on ne sait pas ce que c’est :-).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On croise aussi deux colibris, mais ils sont trop rapides pour la photographe ! Le matin, la randonnée est tranquille, il y a peu de monde, par contre, à la descente, c’est l’autoroute !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On croise des centaines de personnes qui commencent tardivement la rando que l’on est en train de finir. Enfin, le soleil perce les nuages, et le reflet sur les lacs est splendide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On ne rentre pas trop tard, car on se lève encore plus tôt le lendemain, pour l’ascension du volcan Villarrica.

5:30 – Le reveil sonne et ça fait mal.

6:30 – RDV avec l’agence, pas très loin de notre hebergement

7:00 – Equipement dans une agence avec d’autres prétendants à l’ascension : on nous donne une veste, un pantalon imperméable, des grosses (chaussures à semelle rigide pour les crampons), des crampons, un casque, des gants, des surgants, un piolet, et une pelle (une luge :-)) ainsi qu’une protection pour les fesses, tout celà, à mettre avec un peu de nourriture dans le sac à dos fourni. On fait connaissance avec nos guides, anglophones (ouf)

8:30 – Arrivée en bas du volcan. Il fume, et on le voit clairement durant tout le trajet, il est bien dégagé (contrairement aux jours précédents, où il était dans les nuages). Bon, par contre, on n’est pas les seuls, il y a bien 200 personnes qui arrivent en même temps que nous. Un représentant de la municipalité rentre dans le bus pour vérifier.. nos chaussures ? Nos guides nous proposent deux options pour le début de l’ascension : soit on prend le telesiège pour commencer directement dans la neige, soit on marche une heure pour rejoindre le haut du telesiège, dans le sable et la pierre. Comme on est des vrais (radins), on choisit la deuxième solutions, et on marche. Ca fait partie de l’expérience. Nous serons 6 à faire l’ascension dans ce groupe, dont deux chiliens qui sont vraiment en forme et qui imposent un rythme un peu rapide pour Audrey au début. Mais ouf, il y a une allemande dans le groupe, qui a un rythme encore plus lent qu’Audrey (et oui, ça existe), donc le guide la repère et la met en tête du groupe pour avancer en ligne, et ça ralentit un peu !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

9h15 – Arrivée en haut du telesiège, on apprend à se servir du piolet en cas de glissade sur les pentes du glacier. Deux filles du groupe qui a pris le telesiège sont déjà à la ramasse et on les rattrape au bout de 5 minutes.

10h, 10h30 – On avance, le paysage est superbe ! Bon, il y a pas mal de monde, mais tant pis !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

11h30 – Le groupe va vite, et Audrey se prend une bonne fringale dans la tête, même si on mange toutes les demi-heures ! La pente est raide, et ca tire dans les pattes. Pendant une bonne quinzaine de minutes, Audrey se demande si elle va arriver en haut… Mais son chéri est là pour la rattraper au vol si elle s’effondre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

12h – Et bien si, on y est ! Au bord du cratère, ca fume, ca sent le souffre. La vue est superbe !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

13h – Après une bonne pause déjeuner bien méritée, on commence la descente, en luge ! Bon, pour cela, il faut mettre tout l’attirail, le pantalon, la veste, le protège fesses, et la luge ! On apprend à freiner avec le piolet, et c’est parti !

Et bien, rien que pour ça, ça valait le coup d’arriver en haut ! 1h de luge non stop sur un glacier, c’est une expérience géniale. On se transforme en gamins, on mange une peu de glace, on a un peu peur de la vitesse des fois… Mais c’est vraiment marrant. On a l’impression de naviguer sur de la glace pilée qui glisse sur un toboggan, la sensation se rapproche du kayak ! Un des guides nous suit à ski, il a l’air de bien s’amuser aussi !

14h – Arrivée en bas de la zone de neige / glacier, il faut encore descendre un grand champ de sable et de gravier, dans la poussière et le vent ! Attention les yeux ! Mais c’est très mou, et on s’enfonce à chaque pas, c’est plutôt agréable comme descente !

15h30 – Ca y’est on est arrivés, on l’a fait ! Audrey a l’air bronzée comme le guide, mais non, c’est bien la poussière !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bilan de la journée : Mal aux jambes, de la fatigue, mais des supers souvenirs et des fringues sales comme elles ne l’ont jamais étés (et nous aussi d’ailleurs).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. David Holmes dit :

    Bravo !

    Quand vous serez en Indonésie, je vous recommande l’ascension du Kawah Ijen, à la pointe est de Java, pas loin de Bali. Aussi un volcan de soufre, et la descente dans le cratère est interdite, mais il suffit de trouver un porteur de soufre sympa (et qui dispose d’un vrai masque à gaz de rechange !) et de s’arranger — à condition qu’il ne pleuve pas.

    Par contre physiquement c’est peanuts à côté de ce que vous avez fait là, donc pour vous le challenge consiste à faire l’ascension de nuit, pour être dans le cratère à 3h du matin et voir le « blue fire » au fond du lac 🙂

  2. laure dit :

    Jolies photos ! Grosses bises soeurette et Cédric 🙂

  3. Cécile dit :

    waou !! Ça a l’air magnifique ! La descente en luge fait bien envie !

  4. ac dit :

    Hello,
    Petit ajout d’une vidéo de la descente pour ceux qui ont déjà lu 😉

  5. maman dit :

    je crois que j’aurai aimé la descente en luge et;;la ballade sur le volcan

  6. maman dit :

    j’aurai vraiment aimé la descente en luge et la vue du cratère

  7. Christine genet dit :

    bravo et merci de nous faire rêver …..et merci pour les photos…c’est tellement joli ..pleins de bisous. Christine

  8. Colette dit :

    Ah j’avais raté ce post.
    Bon, eh bien, quand ici, au mois de Mai, nous souhaiterions avoir Chaud et ne plus voir de neige …. vous , vous semblez vous régalé sur ce glacier. 🙂
    Heu, je crois que j’aurais préféré à ski, mais bon…. du Kayak d enneige , pourquoi pas !

    Bises .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *