Arequipa et le canyon de Colca

Alors voilà, nous voici au Pérou. Nous devons avouer que nous avions un peu peur d’arriver au Pérou, après le mois génial que nous avions passé en Bolivie. Peur de l’inconnu, d’être déçus ? Toujours est-il que nous avons quitté la Bolivie avec un petit pincement au cœur !

Comme très souvent, nous passons dans des régions super sympas, mais en arrivant à Arequipa, nous nous apercevons que c’est en fait une ville immense (1,8 millions d’habitants), avec beaucoup d’usines en périphérie. Ça change, car en Bolivie, nous n’avons vu en fait que très peu d’industrie.

En prenant un taxi pour rejoindre le centre-ville, nous arrivons de nuit sur la place centrale très jolie. En fait, le centre d’Arequipa est composé de vieux bâtiments coloniaux en pierre, très majestueux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous trouvons une auberge avec une cuisine immense et bien équipée, et un super restaurant où on mange un ceviche un peu trop épicé mais très bon, et une soupe de poisson très très bonne, accompagnés de pisco sour, le cocktail local ! Le souci, c’est que Cedric passera sa nuit à rendre le bon repas que nous avions partagé ! Audrey, rien, pas de soucis… Un peu bizarre !

Bon, le lendemain, on ne se laisse pas abattre, et on va visiter un peu la ville. Au programme, le marché, puis deux sites bien différents.

Le marché est joli, et on y trouve des marchands spécialisés dans la pomme de terre ! Aux alentours, des pâtisseries rivalisant d’imagination sur les décors de gâteaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En début d’après-midi, nous visitons le musée de la princesse Juanita. Il s’agit d’une jeune fille sacrifiée par les incas en haut d’un volcan, qui a été conservée par la glace puis découverte lors d’une éruption qui a fait fondre la calotte dans les années 90. Une petite dizaine d’enfants sacrifiés ont été retrouvés en Amérique du sud, sur des volcans en général. Les incas, sacrifiaient des enfants nobles afin de calmer les dieux lorsqu’ils déclenchaient des catastrophes naturelles.

Les enfants étaient sélectionnés depuis le début de leur vie, et préparés à cette cérémonie importantes, et devaient endurer des marches durant des mois pour rejoindre le sommet du volcan à plus de 6000m ! Ils étaient ensuite enterres avec des effets personnels et des cadeaux pour les dieux.

Ils sont en général découverts dans leur tombe, mais pour la princesse Juanita, c’est un peu spécial, c’est l’éruption qui l’a sortie de sa tombe et fait glisser sur le pan du volcan où elle a été retrouvée.

En fin d’après-midi, nous irons aussi visiter le couvent Santa Catalina.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Véritable ville dans la ville, il s’agit d’un couvent ouvert en 1579.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Contrairement au couvent que nous avions visité à Potosi, les filles de bonne famille qui entraient là pouvaient avoir leur propre maison, composée d’une chambre, cuisine et éventuellement des espaces pour des servantes qui les accompagnaient à l’entrée dans le couvent. Le couvent est coloré, décoré avec de riches ornements et peintures. Il y des centaines de cellules, trois cloitres, des fontaines… Mais aussi des jardins, des cuisines collectives, des bains douches…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, nous prenons un bus pour le canyon de Colca, dans un village nommé Cabanaconde, à 6h de bus d’Arequipa. Le village est juste en haut d’un canyon qui serait le 2e plus profond au monde (3400m). Arrivés dans une auberge fort sympathique, nous discutons avec un français qui vient de faire une randonnée de 2 jours dans le canyon. On s’inquiète un peu, car depuis 3 semaines, la terre tremble souvent dans la région, et au début du mois, une touriste a pris un caillou sur la tête pendant un fort tremblement. Un peu rassurés après la discussion, nous décidons donc de faire la rando à notre tour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, nous descendons donc par le chemin qui part du village. Ça descend dur, pendant plus de 3h ! On croise des villageois qui redessinent le chemin, bien abimé par les séismes récents, ainsi qu’un condor bien furtif.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au fond du canyon, on traverse un pont, et c’est partit pour une bonne heure et demi de montée, de l’autre côté de la rivière. On croise des avocatiers, et on découvre donc que c’est un arbre énorme avec plein de fruits dessus !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après un peu de plat, nous traversons deux villages bien isolés, mais qui produisent pas mal de fruits (figues, figues de barbarie, coings…) et nous croisons notre premier élevage de cochons d’indes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous arrivons en vue de notre objectif pour la nuit, l’oasis de Sangalle. Il s’agit d’un petit bout de terre plate au-dessus de la rivière. Des piscines naturelles profitent de l’eau de la rivière chauffée par le soleil, et on pense déjà à plonger dedans. Oui mais voilà, il faut encore redescendre une bonne heure ! C’est avec les genoux en compote qu’on arrivera en bas, exténués. Du coup, on saute sur la première auberge venue, et on saute aussi dans la piscine très agréable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La nuit tombe, et en jouant aux cartes pour passer le temps, nous ressentons un premier séisme bien fort, puis un second, puis une bonne dizaine d’autres moins fort. On voit des pierres tomber du canyon, et ça nous rassure par trop pour la remontée le lendemain.

Le soir, en se couchant, on s’aperçoit que notre chambre est truffée de bestioles en tous genres, dont 3 scorpions… Pas très rassurant pour la nuit, nous sommes bons pour dormir tous habillés, et Cédric qui n’a pas gardé ses chaussettes, se fera piquer une bonne quarantaine de fois sur chaque pied par des bestioles non identifiées. Un chien essayera aussi d’ouvrir notre porte plusieurs fois dans la nuit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est après cette super nuit de sommeil que nous nous levons vers 6h le lendemain pour attaquer la remontée, ses 1200m de dénivelés en 3h dans les cailloux. Ça fait mal aux pattes, mais il fallait bien partir à la fraiche ! On verra un muletier remonter avec un touriste et 3 mules. La vitesse de ces bêtes en montée, et chargées est impressionnante ! Cependant, en en rediscutant avec le barman de l’auberge en arrivant le matin, il nous explique que les quelques croix sur le chemin sont dues à des accidents de mules.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une douche et un petit dej plus tard, nous sautons dans le bus pour Arequipa, et enchainons pour une nuit dans le bus vers Cusco, notre prochaine destination !

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Colette dit :

    Génial ces premiers péruviens ! 🙂

    Entre les avocats, la ville dans la ville toute rouge, les tremblements du sol et les pierres qui visent les mules, Cédric et ses tentatives de devenir un vrai local, Piqures aux pieds, ventre barbouillé, …..

    Bon, vous semblez profiter un max, la pause Piscine semblait bien agréable …également.

    Ici, Chloé et les cops ont fêté dignement ses 23 Ans, les ami(e)s étaient là, la nuit fut courte et ce matin, quelques derniers flocons et du brouillard pour aller vers les urnes , décider de nos grands cantons de demain . 🙂

    Bon, des bises montagnardes, l’AG se prépare pour l’asso. Manquent un peu du bénévolat , mais c’est ainsi , le militantisme se perd .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *