La Paz et Tiwanaku

Arrivés à la Paz après une bonne nuit dans le bus, et après avoir trouvé une auberge sympa un peu cachée, nous allons à la découverte de cette immense ville.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Paz, c’est une ville qui s’est développée de façon tentaculaire, dans une sorte de cuvette formée par les montagnes et où tout semble en construction. Quelques jolis bâtiments côtoient les tours, mais ce sont principalement les bâtiments en briques non peints qui prédominent.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Paz, ça grouille de bus. micros (mini bus) et de taxis, qui klaxonnent, fument très noir et s’interpellent. La ville est souvent très embouteillée, et est plus que polluée.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ça monte, ça descend à flanc de colline, et on est souvent bien essoufflés (à plus de 4000m, l’oxygène se fait rare). Mais un réseau de téléphérique a été créé l’année dernière et permet de rendre accessible les hauts de la ville.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les femmes ici sont habillées à la mode andine (résultat de la destruction des traditions par les espagnols pendant la colonisation) : jupes à froufrous larges, collants épais, et surtout chapeau melon. C’est assez bizarre comme accoutrement mais presque tout le monde est habillé ainsi, même la présentatrice Tv qui faisait son direct devant le palais présidentiel.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On assistera aussi à la relève de la garde du palais présidentiel, où les gardes sont moins impassibles qu’à Londres, et suivent volontiers les jolies filles du regard.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous avons visité une série de musées intéressants mais non traduits, dans une rue avec de très beaux bâtiments coloniaux : un musée de miniatures, un musée où est exposé un trésor inca trouvé dans les environs, et un musée qui traite du rapport de la Bolivie au front de mer.
En effet, il faut savoir qu’au 19ème, la Bolivie avait un accès à la mer, car possédait un grand territoire au sud du Pérou. Vraisemblablement pour récupérer des ressources minières, le Chili s’en est emparé lors d’un guerre éclair, qui aurait été perdue dit-on car  tous les boliviens seraient restés faire la fête pour le carnaval !
Mais la perte de l’accès à la mer est majeure pour la Bolivie, car c’est un moyen d’échanges commerciaux très important. Malgré un traité avec le Chili, qui a construit une ligne de train entre la frontière bolivienne et la mer, le gouvernement Bolivien a encore des velléités de récupération d’un accès au Pacifique. Il y a aussi un peu partout dans le pays des bataillons de l’armée navale, où la devise marquée sur les enceintes stipule que l’accès à la mer est un droit inaliénable pour la Bolivie, et que le pays n’y renoncera jamais.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Après une journée complète dans la ville, nous partons le lendemain sur un site archéologique à deux heures de bus de la Paz, Tiwanaku. Il s’agit de ruines qui ont été construites par les Tiwanaku, une civilisation qui a été plus tard assimilée par les incas.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le site est un peu difficile à interpréter, et les musées sont privés d’électricité, ce qui n’aide pas à comprendre !
Mais on devine des temples, des canaux d’irrigations, le bas d’une pyramide, et surtout, la porte du soleil, qui fait l’objet de célébrations lors de chaque solstice. Les Tiwanakus avaient aussi développé des techniques mêlant la pierre et les métaux avec des sortes d’agrafes qui font tenir les pierres ensemble.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On y croise aussi nos premiers cochons d’Inde, sous des tas d’herbes fauchées.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En rentrant à la Paz, on craquera pour un resto un peu cher, où on mangera une fondue savoyarde et une pierrade, car il ne faut pas se laisser abattre 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le lendemain, nous repartons, en avion cette fois, pour la jungle à Rurrenabaque.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. David Holmes dit :

    Fondue savoyarde à La Paz, fallait oser ! 😀 Les empreintes de dinosaures, ces grosses agrafes métalliques dans la pierre par exemple… On en apprend à chaque post, merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.