Bienvenue en Polynésie – Tahiti

Tout commence par une rencontre, en Ile de Pâques lors d’une promenade dans le village. Invités par Gilles et Maria a la projection de leur documentaire sur une partie méconnue de l’histoire de l’île de Pâques, nous discutons de notre voyage et en quelques minutes le couple nous invite chez eux lors de notre passage sur Tahiti.
L’hospitalité polynésienne n’est en rien comparable à ce que nous avons pu connaître jusqu’à maintenant, nous l’apprendrons lors de ce mois en Polynesie…nous y avons rencontré de nombreuses et très belles personnalités, des gens actifs, heureux dans leur vie et heureux de partager des moment avec nous !
Revenons au début, car oui, nous avons un bon mois de retard sur le blog, mais nous allons vite le rattraper !
Nous arrivons donc vers minuit en ce premier mai, à l’aéroport de Papeete, et Gilles nous y attend comme prévu. Il nous embarque dans sa voiture, nous traversons la ville pour atteindre sa maison perchée sur les hauteurs, au milieu de la brousse, et nous découvrons une vue exceptionnelle sur Tahiti. Nous discutons un peu, mais tout le monde est crevé et Gilles nous a préparé un programme bien sympathique pour nos premiers jours en Polynésie.
Un matelas devant la baie vitrée nous offrira au réveil un lever de soleil très agréable. Le petit déjeuner matinal sur la terrasse, avec la même vue, quelques fruits du coin, et Gilles qui nous présente l’île, nous motive bien pour la randonnée proposée : nous partons vers une vallée et la cascade de l’Eden. Mais d’abord, petit crochet par la plage, ou a lieu le triathlon des entreprises. Beaucoup de monde y participe, et la course se fait sur la plage, pour la course a pied, le velo, et bien sur, dans le lagon pour la partie natation.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Après un petit bout de route, nous nous arrêtons devant le portail d’une centrale hydroélectrique et nous contournons le site en remontant dans le lit de la rivière. On s’aperçoit vite que Gilles a bien la forme ! Audrey comme d’habitude est le facteur limitant, mais nous avons et nous prenons le temps. La première partie de la randonnée se fait sur un chemin carrossable, sous un toit de végétaux et de fleurs tropicales.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Gilles nous explique plein de choses sur les végétaux, les pestes importées ici, la formation des iles… Nous marchons ensuite quelques heures pour monter vers la cascade que nous voyons, majestueuse, tomber devant nous… Nous croisons des ruines et Gilles : à l’époque où les colons et les tahitiens s’affrontaient (ho surprise! Ça ne s’est pas fait dans la douceur et le calme ?), des tahitiens avaient trouvé refuge ici, et s’étaient cachés plusieurs années dans la forêt.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA    OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Après une dernière descente aides d’une corde (ça glisse et ça descend sec !), nous arrivons à l’objectif : tout en haut de la cascade se trouvent deux bassins naturels, communicants avec des toboggans de roche. La vue est magnifique ! La jeunesse tahitienne s’est retrouvée ici pour le premier mai, et il y a pas mal d’animation : ça saute, ça rigole, ça nage, ça discute… Quel bel endroit pour passer sa journée entre ados !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous redescendons après le pique nique et une baignade et nous allons piquer une tête dans le lagon, sur une plage de sable noir, en bas de la route qui nous mène à la maison.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous passons aussi au club de Va’a (la pirogue polynesienne) de Gilles, ou il nous montre des pirogues faites d’un seul tronc. Ce sont des bateaux magnifiques, et ca donne bien envie d’essayer !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le soir, Maria nous a concocté un bon repas, pour récupérer de la marche de la journée : brochettes de poulet au barbecue, un vrai délice !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le lendemain, Gilles nous prête sa voiture pour que nous allions faire le tour de l’île. Nous devons passer le matin à l’agence air Tahiti pour acheter nos billets vers les iles. Un peu plus compliqué que ce que nous pensions : nous sommes en mai, et avec tous les ponts, certains vols ne sont plus disponibles. Nous faisons donc une croix sur Maupiti et Fakarava, pour passer un peu plus de temps sur d’autres iles.
Nous voilà partis pour faire le tour de Tahiti : au programme, des points de vue, des cascades, un belvédère, des petites promenades…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous découvrons pleins de lieux sympas, mais nous nous faisons aussi bien rincer par la pluie qui semble rester coincée sur l’île… La première averse, particulièrement violente, nous trempera de la tête aux pieds en une minute !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mais il fait chaud, et nous profitons tout de même bien de la journée ! Nous visitons notre premier marae,
plateforme polynésienne constituée de roches, qui servait de lieu de culte et de rassemblement.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pendant notre pique nique entre deux averses sur la plage, nous nous retrouvons en plein milieu d’une bataille de boules de sable. Le principe, detruire le chateau de sable de son adversaire en lancant des boules de sable dessus 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En rentrant, nous rencontrons Baptiste, un ami de Gilles qui a posé ses valises en Polynésie après son tour du monde. Le soir, Maria nous a encore étonné par ses talents de cuisinière ! Elle fait aussi un thé excellent en faisant infuser de la citronnelle et de la vanille.
Pour notre dernier jour avant de partir sur les iles (oui, à Tahiti, on dit partir sur les iles si on quitte Tahiti), nous partons visiter la vallée de la papenoo, et nous suivons une route bien défoncée avec la twingo… Nous visitons d’abord un marae, puis le paysage est superbe, même s’il pleut une grande partie de la journée.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les montagnes font apparaître des cascades un peu partout, nous nous arrêtons à des points de vue plus impressionnants les uns que les autres.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA      OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous nous arrêtons prendre un verre à un restaurant au milieu des montagnes, et repartons vers le haut. En montant, des rochers sont éboulés juste avant notre objectif : le tunnel qui relie les deux flancs de la montagne. Tant pis, on laisse la voiture là et on va visiter à pied.Pour faire demi tour, il faut redescendre la pente, et Gilles part seul alors que nous descendons à pied. Maria blague en disant qu’on va retrouver Gilles dans un caniveaux, et au détour d’un virage, on trouve la voiture le train arrière dans un caniveau qui fait bien 40cm de haut !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Impossible à voir, il était recouvert par les végétaux et Gilles a tenté de faire demi tour au mauvais endroit… Pas d’affolement, tout le monde se met en marche pour essayer de sortir la twingo de là : on ajoute des pierres sous les roues, on utilise le cric… Rien n’y fait, et nous entendons finalement arriver un 4*4 de touristes. Le guide, pas très très sympa, nous dit qu’il ne faut pas passer par là sans 4*4, mais ne nous propose pas son aide. Il regarde, sans rien faire, sans rien dire. Les touristes lui proposent de nous aider, mais il ne bouge pas son petit doigt. Du coup, on prend notre temps. Il faut dire qu’on coupe la route, il ne peut pas passer….
Une deuxième voiture arrive et là, le guide, beaucoup plus détendu, se marre, et nous dit qu’il a fait la même quelques semaines auparavant. Il motive ses troupes et en poussant tous ensemble, la voiture sort de son trou…
Nous redescendons, mais le frein à main bloque un peu (câble tordu) et ça fume au niveau des pneus…. Un peu inquiétant, mais Gilles ne se laisse pas perturber, rejoint le resto ou il trouve la bonne clef pour réparer ça…
Nous attendons que ça refroidisse, sous la pluie toujours puis redescendons tranquillement.. Arrives à un gué, on voit quelques jeunes arrêtés la et pour cause : ça déborde, la rivière passe sur la route pendant une bonne centaine de mètres, et à certains endroits sur plusieurs dizaines de centimètres, l’eau gronde… mais Gilles se marre, demande aux jeunes si ça passe. L’un d’eux répond oui, mais vas y maintenant, n’attend pas ! Ni une ni deux, Gilles démarre et traverse la rivière, avec nous 4 dans la twingo, limite stresses quand même ! Ça passe on ne sait pas trop comment, et on en rigole bien ensuite !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le soir en rentrant, Audrey apprend a faire un des plats typiques, le poisson cru au lait de coco, avec Maria et Mireille, une amie qui vit dans le bungalow que Gilles a construit en dessous de sa maison. On mélange des oignons, des concombres, des tomates, des poivrons, du thon rouge, avec du citron, et on presse ensuite de la noix de coco préalablement râpée dans un torchon pour en extraire le lait. C’est excellent !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Il est déjà lundi matin, le temps de refaire nos sacs, de laisser parkas et vêtements chauds dans la maison, nous passons à Papeete faire quelques courses (un peu d’antimoustique, car nous nous faisons dévorer et les flacons partent vite), et nous nous dirigeons à l’aéroport. Un au revoir à nos merveilleux hôtes, et c’est parti pour un bon tour des iles. Petit soucis a l’aéroport, nous n’avons droit qu’à 10kg de bagages au lieu de 23kg pour les non résidents ! Le vendeur a l’agence nous a vendu des billets pour les locaux ! Nous payons une légère surcharge malgré un bon chargement de nos bagages à main.. Ensuite, sur les iles, les agents seront moins pointilleux, et nous passerons facilement avec nos 2/3 kg supplémentaires.
Au programme, nous visiterons dans le mois : Moorea, Huahine, Raiatea et Tahaa, Bora Bora, Tikehau et Rangiroa ! Mais nous écrirons cela un peu plus tard !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Colette dit :

    Eh bien, que d’aventures dans cette page ! 🙂
    Le Kayak-twingo, les Cascades sorties de Nulle Part, la pente de la route comme à Laffrey,
    les z’ami(e)s qui donnent vraiment envie de passer par là-bas ,
    le soleil, les plages de Tahiti, etc , …..etc …….

    Vite …. encore , et encore ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.